Randonner en hiver

309 entrées ont été trouvées
Soleil hivernal dans la vallée de la Landwasser N° 2028
Davos Laret, Landhaus — Davos Platz • GR

Soleil hivernal dans la vallée de la Landwasser

La randonnée hivernale entre Davos Laret et Davos Platz est très contrastée: les deux premiers tiers du parcours traversent des forêts de montagne et des pâturages enneigés offrant de belles vues. La dernière partie, en revanche, montre le visage urbain de Davos, ville de tourisme et de congrès.
Le sentier tracé serpente d’abord sur un versant boisé et ombragé jusqu’à Wolfgang. Là, on monte au Schluochtwald en longeant le domaine skiable. Un chemin presque plat permet de rejoindre le plus beau point de la randonnée sur le versant ensoleillé. Au bout de la forêt, les marcheurs ont une vue dégagée sur la vallée de la Landwasser. Un banc invite à faire une pause pour en profiter.
Après une descente courte mais raide vers le hameau de Meierhof, on se dirige vers Davos Dorf, où l’on s’engage sur la Hohe Promenade qui mène à Davos Platz. Ce chemin aménagé au XIXe siècle sur les hauteurs longe la forêt au-dessus de la zone d’habitation. Il offre une vue intéressante sur les toits de la cité alpine de Davos et sur les forêts et montagnes environnantes. Malgré la densité des constructions dans le fond de la vallée, la nature est encore très présente dans ce paysage de montagne.

Ilot de sérénité dans le Chernwald N° 2011
Kerns, Post • OW

Ilot de sérénité dans le Chernwald

Un circuit d’environ deux heures au départ de Kerns, dans le canton d’Obwald? Cela ne semble pas forcément incroyable ni aventureux. Et pourtant ... Certes très simple, l’itinéraire en boucle de la forêt du Chernwald dévoile un bijou naturel, sorte d’îlot romantique dans le paysage intensément exploité par l’agriculture.
La randonnée démarre à l’arrêt de car postal «Kerns, Post», où l’itinéraire emprunte d’abord des petites routes bitumées en direction de Siebeneich. On remarque tout de suite les énormes rochers, parfois hauts comme des maisons. Aujourd’hui recouverts de végétation, ils trônent joliment dans les prairies autour des petites maisons, mais renvoient à une catastrophe passée. Il y a 2200 ans, une immense masse rocheuse se détacha du Stanserhorn suite à un tremblement de terre, formant ainsi le paysage sauvage du sous-sol actuel du Chernwald. Le chemin de randonnée pédestre évolue doucement sur ce terrain aujourd’hui occupé par une forêt dense.
Les grosses roches cachent des espaces creux, qui firent autrefois office de réfrigérateurs naturels et sont désormais des cachettes privilégiées durant les randonnées familiales. Les personnes qui souhaitent se plonger davantage dans ce paysage naturel propice aux aventures pourront suivre le parcours des Chärwaldräuber (voleurs du Chärwald), qui croise le chemin de randonnée à plusieurs reprises et qui reprend les légendes de ce coin tortueux. Le Chernwald offre plusieurs options pour pique-niquer ou faire des grillades. Au bout d’environ 50 minutes, la forêt s’éclaircit, comme si on venait de lever un rideau. On met alors le pied sur un ponton sans barrière qui traverse le haut marais jusqu’au petit lac Gerzenseeli, bordé de roseaux. On croirait un mode d’emploi pour la détente, qui se passe toutefois de mots. Sur l’agréable chemin du retour, la civilisation reprend le dessus, mais le calme demeure.

De la presqu’île au lac de Neuchâtel N° 1982
Boudry Littorail — Auvernier Littorail • NE

De la presqu’île au lac de Neuchâtel

Etes-vous plutôt rivière ou lac? Quiconque n’arrive pas à choisir sera comblé lors de cette courte randonnée sur les rives du lac. Emportez donc votre maillot de bain et c’est parti! Le point de départ de la randonnée est Boudry. Ici, les vignes caractérisent le paysage, comme pour de nombreuses localités situées sur le côté nord du lac de Neuchâtel. L’itinéraire débute juste derrière la gare de «Boudry Littorail» au bord de l’Areuse, un des principaux affluents du lac de Neuchâtel. Le chemin suit brièvement la rivière en aval, puis emprunte un pont jusqu’à la petite presqu’île. Celle-ci appartient à la zone naturelle du Pervou, une zone de protection du paysage aménagée pour la détente et comme surface de compensation. Des panneaux d’information renseignent sur la biodiversité du parc. Au centre se trouve le restaurant La Maison du Pervou. Le randonneur traverse une seconde fois l’Areuse, sous le viaduc de l’autoroute. Le chemin longe la rive à l’ombre des arbres et se rapproche du lac. Juste avant l’embouchure, il bifurque à gauche vers la plage de Boudry et le lac de Neuchâtel apparaît. Il s’agit du plus grand lac entièrement situé en Suisse. Quatre cantons se le partagent: Fribourg, Vaud, Berne et Neuchâtel. Le Sentier du lac regorge d’endroits pour la baignade ou pour se reposer, tels que la plage de Colombier. Il règne une ambiance de vacances grâce au clapotis des vagues, aux canoës qui circulent et aux petites plages. Et pour les randonneurs affamés, la Brasserie du Poisson à Auvernier marquera le point d’orgue idéal de cette randonnée plaisir. Comme l’indique le nom du restaurant, des plats de poisson et des mets de brasserie viendront accompagner un verre de vin neuchâtelois. Bon appétit!

Sur la terrasse ensoleillée du Val d’Hérens N° 1798
Les Haudères, centre • VS

Sur la terrasse ensoleillée du Val d’Hérens

Cette randonnée en raquettes offre une vue grandiose sur la Dent Blanche, emblème du Val d’Hérens, qui culmine à 4357 m. Neige soufflée, nuages au sommet ou ombres sur ses flancs lui font sans cesse changer d’apparence durant la journée.

Depuis l’arrêt de bus Les Haudères, on suit le chemin de randonnée en direction de La Forclaz, passant entre les maisons jusqu’à la sortie est du village. Le premier panneau indicateur rose mène sur un étroit sentier qui zigzague le long du versant abrupt, conduisant de l’ombre glaciale à la chaleur du soleil. À La Forclaz, la piste décrit un large arc autour de l’ancien centre du village aux maisons en bois sombre et brunies par le soleil avant de rejoindre la Rue du village. Selon l’enneigement, il est ici nécessaire de chausser ses raquettes quelques minutes. À travers prés et pâturages, on monte jusqu’à la forêt en direction de la Dent Blanche. Aux croisements, il vaut mieux consulter les panneaux, car les nombreuses traces dans la neige et les différents chemins ne mènent pas systématiquement à l’alpage de Bréonna. Sur l’alpage, le dôme enneigé de la Dent Blanche semble à portée de main.

Dans la descente à travers les mélèzes, on aperçoit le vert jaunâtre du lichen tue-loup, qui ne pousse qu’à haute altitude sur l’écorce des conifères. En virages serrés, la piste mène en bas de la forêt et passe devant les deux téléskis pour retourner à La Forclaz. Depuis le village, elle prend au nord et traverse une petite vallée en direction de La Sage. Aux Coulâyes, elle traverse la route et continue en larges courbes jusqu’au fond de la vallée avant de retourner aux Haudères, la Dent Blanche à nouveau en point de mire.

Randonnée hivernale dans les Franches-Montagnes N° 1940
Le Creux-des-Biches — Saignelégier • JU

Randonnée hivernale dans les Franches-Montagnes

Les Franches-Montagnes sont un haut plateau qui s’élève à plus de 1000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Les vastes pâturages, les forêts de conifères et les imposants épicéas, plantés jadis de manière isolée ou en bosquet afin de protéger les troupeaux contre les intempéries, caractérisent cet attrayant paysage jurassien.

Cette randonnée hivernale emprunte principalement de petites routes asphaltées souvent déneigées. Depuis Le Creux-des-Biches, le chemin n’est pas long jusqu’au village du Peupéquignot, qui offre une première occasion de se restaurer et se réchauffer. Des murs en pierres sèches habilement restaurés entourent le village et, en fonction de la direction du vent, il est possible d’entendre le vrombissement des éoliennes de la colline avoisinante. Le prochain tronçon, traversant les pâturages sur un tapis de neige scintillant et offrant une large vue sur le plateau enneigé, est le plus beau de la randonnée. De nombreuses traces dans la neige trahissent la présence de renards et de lièvres.

Au XIVe siècle, la région était presque inhabitée. Afin d’attirer de nouveaux habitants pour défricher la forêt et exploiter la terre, le prince-évêque de l’époque édicta une lettre de franchise accordant aux immigrants et à leurs descendants une grande liberté et les exemptant d’impôts. C’est ainsi que la région fut nommée «Franches-Montagnes». Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, de nombreuses familles baptistes y trouvèrent refuge.

Bientôt apparaît Le Noirmont, dominé par sa clinique de réadaptation aux airs de palais. À partir de là, la randonnée est moins attrayante et jouxte la route principale en longues lignes droites en direction des Emibois et de Saignelégier. Deux arrêts de transports publics en cours de route permettent de raccourcir la randonnée.

Flâner au bord du lac de Constance N° 1955
Münsterlingen Spital — Konstanz • TG

Flâner au bord du lac de Constance

La rive du lac de Constance est un immense parc d’attractions. Sur l’eau, les amateurs de baignade, de surf et de voile se régalent; sur la plage, ils jouent au football et au volley-ball. Il y a des musées, des parcs citadins et des sentiers didactiques qui mènent à travers la végétation des zones d’alluvionnement. Enfin, la grande roue se dresse sur le port de Constance. Quiconque souhaite prolonger la randonnée peut se rendre à la cathédrale de Constance, traversant la vieille ville et découvrant une tout autre culture. Une ligne invisible marque la frontière entre la Suisse et l’Allemagne.
Même lorsque le lac de Constance a gelé en 1963, le froid glacial n’a pas freiné les fans d’activités de loisirs. Bien au contraire. Ils ont simplement transféré leurs activités sur la glace, ont fait du cheval, de la luge, du patin à glace et ont même roulé en voiture sur le lac gelé. A l’époque, le buste de Saint-Jean l’Evangéliste a été porté sur le lac au cours d’un cortège festif. Alors qu’il avait migré du côté allemand lors de la procession de 1833, le buste a refait le chemin inverse en 1963, de Hagnau à Münsterlingen. Depuis, il attend patiemment dans l’église que le lac gèle à nouveau.
Une tradition qui a inspiré cette randonnée, qui ne traverse pas le lac mais le longe de Münsterlingen à Constance. Elle débute à la gare de «Münsterlingen, Spital» et suit le lac de près. Il est parfois possible de marcher directement au bord de l’eau. De temps à autre, des roseaux ou des maisons privatives séparent le chemin de l’eau. Mais il existe de nombreux parcs pour s’adonner à des activités de loisirs, chose que les Thurgoviens font systématiquement par beau temps. Les randonneurs aimant flâner trouveront leur compte dans cette excursion.

Montagne de Granges: randonnée en raquettes N° 1893
Untergrenchenberg • SO

Montagne de Granges: randonnée en raquettes

L’ancien conseiller fédéral soleurois revenait inlassablement sur le haut plateau de la Montagne de Granges. Mais avec ses chaussures de marche uniquement. Dans les années 1970 et 1980, alors qu’il était en poste, les raquettes n’étaient pas encore à la mode.
Un bus conduit de la verdure de Granges à la beauté hivernale de la Montagne de Granges. En 1930, à l’occasion d’une brève crise de l’industrie horlogère, la route fit office de projet d’aide à l’emploi pour les ouvriers. La ville de Granges ordonna la construction de la route et de l’aéroport dans le but d’occuper les horlogers et d’éviter leur départ vers d’autres pays.
L’arrêt de bus se situe près du restaurant et de la ferme Untergrenchenberg. La piste de raquettes commence directement derrière les bâtiments et passe près de l’observatoire Jura-Sternwarte avant d’atteindre le point culminant de la randonnée, à 1382 mètres d’altitude. À quelques pas seulement, le bord des impressionnantes parois rocheuses du Wandflue offre une vue spectaculaire sur le Plateau, les collines de l’Emmental et les sommets des Alpes. Haute de 50 mètres, la falaise rocheuse du Wandflue s’est formée suite à un éboulement; l’un des plus importants de Suisse avec ceux de Flims et Goldau. Lorsque le glacier du Rhône a reculé à la fin de l’ère glaciaire, la glace a cessé de soutenir les flancs de la montagne et des blocs rocheux se sont détachés avant de s’abattre dans l’Aar.

Le haut plateau de la Montagne de Granges est fréquemment en proie aux vents violents du Jura.
Au point 1278, un raccourci permet de retourner directement à l’Untergrenchenberg. Non loin, au nord, se trouve une stèle commémorative en l’honneur de Willy Ritschard, qui perdit la vie sur la Montagne de Granges lors d’une randonnée en 1983.

Sur les Churfirsten N° 1959
Chäserrugg • SG

Sur les Churfirsten

L’arrivée en téléphérique à la station supérieure de Chäserrugg est déjà impressionnante: le bâtiment imaginé par les célèbres architectes bâlois Herzog & de Meuron fait penser à une coiffe de pharaon. Avant d’entamer la randonnée hivernale de Rosenböden, un détour au restaurant de montagne en vaut la peine. La vue offerte par les immenses fenêtres sur le paysage montagneux est spectaculaire.
La randonnée commence devant le restaurant et traverse deux plateaux, séparés par un faible dénivelé. En route, la vue sur les 500 sommets est imprenable. Par temps clair, il est possible d’apercevoir les montagnes grisonnes et les Alpes glaronnaises. A l’ouest se dressent le massif de l’Alvier, les Drei Schwestern, situées dans la principauté de Liechtenstein, et les montagnes du Vorarlberg. Au nord, l’Alpstein et, derrière, le lac de Constance. Au sud, les flancs des Churfirsten plongent à pic vers le lac de Walenstadt. Souvent, la vue porte aussi sur une mer de brouillard. De temps à autre, il vaut la peine de s’asseoir sur un banc afin de profiter du soleil hivernal.
Le bâtiment, qui se fond discrètement dans le paysage du Chäserrugg, a reçu le prix du Paysage de l’année 2021 de la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage. Celle-ci a récompensé le renouvellement minutieux des infrastructures touristiques dans un paysage particulièrement sensible.
Le nom «Chäserrugg» ne tire pas son origine de l’allemand «Käse» (fromage). Jadis, le premier sommet (ou le dernier, selon le point de vue) des Churfirsten était nommé «Kaiserruck». Sur les anciennes cartes, il était appelé «Hasta Caesaris», soit la «lance de l’empereur».

 

Col des Mosses ensoleillé N° 1958
Col des Mosses • VD

Col des Mosses ensoleillé

Cette randonnée en raquettes regorge de contrastes: du bruit de la route au calme imperturbable du point de vue Oudiou, en passant par le col des Mosses; des douces collines des Préalpes vaudoises à la vue lointaine sur la haute montagne abrupte; des masses de neige glacée sur les versants ombragés des sommets aux premières fleurs du printemps dans la vallée des Ormonts.
Le point de départ de la randonnée est l’arrêt de car postal «Col des Mosses». Mieux vaut laisser les raquettes dans le sac à dos au début car il faut suivre la route principale vers le sud sur 400 mètres. Au restaurant Le Chaussy, où se trouvent également des toilettes publiques, le chemin bifurque à gauche et mène le long d’une ruelle dégagée en direction de La Comballaz. L’itinéraire de raquettes à neige n° 10 est bien indiqué à cet endroit. Au niveau du petit pont, il est grand temps de chausser ses raquettes et d’avancer à pas lourds en direction de la vallée.
Après une demi-heure, on atteint la Route des Voëttes, très appréciée des motocyclistes en été. L’itinéraire se poursuit dans la forêt isolée, pour atteindre Oudiou après 350 m de dénivelé. La montée et la descente forment un grand 8 et sont donc très variées, du moins tant que les randonneurs suivent la bonne direction.
Arrivés en haut, ils laissent la forêt derrière eux et découvrent la vue spectaculaire sur les proches sommets: Oldehore, Sex Rouge et Les Diablerets. Au loin, les glaciers du Mont Blanc et des 4000 valaisans scintillent sous le soleil printanier éblouissant. Le retour vers Les Mosses suit le même chemin qu’à l’aller, hormis les variantes dues au grand 8.

Raquettes printanières au Simplon N° 1957
Simplon, Monte Leone • VS

Raquettes printanières au Simplon

Il avait 23 ans et écrivit l’histoire des héros du Simplon. Le Péruvien Géo Chávez fut le premier à survoler les Alpes. Le 23 septembre 1910, à bord de son Blériot, il franchit le col situé à 2006 m entre Brigue et Domodossola, ville du nord de l’Italie, et fut victime d’un accident si grave à l’atterrissage qu’il décéda quatre jours plus tard. Son vol entra dans l’histoire, à l’instar de bien d’autres événements survenus au col, comme la poste du Simplon qui, à son apogée au milieu du XIXe siècle, transportait chaque année 28 000 voyageurs en diligence. Ou encore le tunnel du Simplon, d’une longueur de 19,8 km, ouvert en 1906. Il était alors le plus long tunnel ferroviaire du monde. Grâce à celui-ci, le légendaire Simplon-Orient-Express, qui reliait Paris à Istanbul, passait par la Suisse.
Jusqu’au printemps, il est possible de randonner en raquettes sur ce col chargé d’histoire en empruntant un circuit parfaitement balisé. Il débute à l’hôtel Monte Leone et se dirige d’abord vers l’imposant aigle de pierre. Il rend hommage à la brigade frontière 11, qui surveilla la frontière avec l’Italie pendant la Seconde Guerre mondiale. De l’autre côté de la route, on aperçoit l’hospice du Simplon. En 1801, Napoléon fit construire ce bâtiment ainsi que la première route carrossable traversant les Alpes. Peu après, on plonge dans l’impressionnant paysage naturel du vaste plateau du col. Après une joyeuse succession de montées et de descentes, on arrive au lac Hopschusee, caché sous la neige. On peut ensuite apercevoir au loin l’ancien hospice, qui remonte au temps du marchand Kaspar Stockalper. Juste avant la fin du circuit se trouve une courte pente raide avec un passage rocheux. Si la neige fraîche est abondante, il convient d’être attentif aux éventuelles coulées de neige. Après une heure et demie de randonnée, on retrouve l’hôtel Monte Leone et sa terrasse ensoleillée, où il fait bon attendre le prochain car postal.

Randonnée familiale en raquettes à Bannalp N° 1800
Chrüzhütte • NW

Randonnée familiale en raquettes à Bannalp

Une petite secousse et les portes du téléphérique bleu s’ouvrent sur un panorama alpin imposant. Les sommets Walenstöcke, Sättelistock et Ruchstock dominent Bannalp, tels des gardiens silencieux. Ce décor majestueux attire les amateurs de raquettes et de ski, mais la région n’est pas bondée.

Avec ses 3 km de longueur et 140 m de dénivelé au total, l’itinéraire de raquettes à neige parfaitement niché dans le paysage est plutôt court, mais varié et donc adapté aux familles. En décembre et en janvier, les immenses montagnes font cependant de l’ombre à Bannalp, située à 1700 m d’altitude. Il est donc préférable de s’y rendre en février ou en mars. Quiconque ne possède pas d’équipement peut le louer à la station inférieure.

L’itinéraire balisé descend de la station supérieure vers l’ouest à travers une forêt de sapins clairsemée. Le sentier est parsemé de traces laissées par des animaux: mais lesquels? Lorsque la chapelle en bardeaux apparaît sur la gauche, il est possible de faire une boucle supplémentaire autour de l’auberge de montagne Bannalpsee (fermée en hiver). Le lac de retenue enneigé, respirant la tranquillité, ne permet pas d’imaginer les tensions de la Landsgemeinde nidwaldienne de 1934. La population avait alors exigé la construction du mur de barrage et la production de son propre courant électrique, allant à l’encontre des souhaits du monde politique et économique. 

Traversant un terrain dégagé, le chemin longe le lac et monte en direction de l’auberge de montagne Urnerstaffel. La construction en béton est certes surprenante, mais le café, le sirop ou les röstis croustillants nous la font oublier. Quinze minutes plus tard, on arrive au téléphérique et prend congé de ces gardiens silencieux.

Le lac en point de mire N° 1954
Häggenschwil-Winden — Arbon • TG

Le lac en point de mire

L’objectif de cette randonnée facile en Haute-Thurgovie est le lac de Constance. Dès le départ, la vue sur le lac est dégagée. Au cours de la randonnée longeant des prés et d’innombrables vergers, puis passant sur le bitume de temps à autre, le lac disparaît momentanément du champ de vision. Mais la marche se termine sur la rive de la «mer souabe»; tel est le nom donné au lac depuis le Moyen Age.
De nos jours, cette appellation est généralement utilisée pour plaisanter. Pourtant, ce lac imposant peut facilement être considéré comme un océan. Notamment car du côté suisse, la vue sur l’eau est parfaitement dégagée, alors que les lacs helvétiques sont souvent encerclés d’un panorama de montagnes.
Au départ du hameau de Winden, un chemin gravelé mène à Winderholz. Il traverse ensuite la forêt et longe des rangées de pommiers en direction d’Esserswil pour arriver à Roggwil. Dans la région, la culture de fruits à pépins est une tradition de longue date qui joue un rôle important d’un point de vue économique. Ces arbres offrent une vue magnifique durant toute la période de végétation, tant lorsqu’ils fleurissent au printemps que lorsque les fruits sont mûrs à l’automne. On atteint ensuite le château de Roggwil et la majestueuse construction à colombages de l’ancien restaurant Traube. Au croisement des chemins de randonnée sur la route principale, il faut prendre l’itinéraire en direction de Mörschwil. Peu avant la ferme Baumühle, on quitte le sentier et on bifurque sur le chemin vers Arbon. L’itinéraire traverse des quartiers résidentiels pour atteindre la gare et le lac. Cela vaut la peine de flâner jusqu’au port du château, puis d’emprunter les ruelles tortueuses de la vieille ville.

Du Wynental au lac de Sempach N° 1962
Beromünster, Flecken — Sempach • LU

Du Wynental au lac de Sempach

Cette randonnée, riche en paysages contrastés, passe de surfaces agricoles et de vergers à des réserves naturelles avec des étangs et un terrain de golf.

Peu après le départ de Beromünster, un sentier naturel mène dans la paisible vallée de la rivière Wyna. La randonnée se poursuit par une montée en pente douce à travers des vergers fleuris, jusqu’à la chaîne de collines des Erlosen avec vue sur le lac de Baldegg. Le tronçon suivant passe par la forêt ombragée de Chüewald, où des refuges et leurs foyers invitent à la pause de midi. Le point fort de ce passage en forêt est la réserve naturelle de Vogelmoos et ses étangs abritant de nombreuses espèces d’oiseaux.

A partir du hameau de Bromen, on laisse la forêt derrière soi. La vue panoramique sur les Alpes est présente jusqu’à la fin de la randonnée. Cette deuxième étape se déroule surtout sur un revêtement dur, mais offre des paysages variés lors de la traversée de surfaces agricoles vallonnées et du terrain de golf de Hildisrieden, niché dans le Gormundermoos. Avant de clore l’itinéraire par un bain de pieds dans le lac de Sempach ou une visite de la station ornithologique, les randonneurs longent un autre lieu paradisiaque pour les oiseaux, le Steinibüelweiher.

Hiver magique en haut du lac de Walenstadt N° 1883
Habergschwänd • GL

Hiver magique en haut du lac de Walenstadt

La randonnée en raquettes démarre par une montée en télésiège de Filzbach à Habergschwänd, point de départ du circuit. L’histoire de Filzbach remonte à l’époque de l’empereur Auguste. Autrefois site d’une tour de guet, la localité au-dessus du lac de Walenstadt vit aujourd’hui principalement du tourisme. Du restaurant de montagne Habergschwänd, on passe par le Zuezboden et devant le chalet du Skiclub Hausen, avant d’arriver à l’impressionnante paroi rocheuse du Sunnespitz. On croise alors deux ruisseaux, puis tourne en angle droit vers la gauche, juste après le panneau indiquant Habergschwänd. Des skieurs de randonnée sont aussi passés par là, leurs traces serpentant sur les pentes. Sur le Nüenchamm, d’imposantes stalactites de glace pendent des arbres enneigés. Arrivé au col d’Ober Nüen, on est émerveillé par la vue sur l’Obersee gelé, le Rautispitz et, entre les arbres, le Fronalpstock. On perd ensuite quelques mètres d’altitude lors d’une brève descente dans une forêt enneigée. La vue, déjà belle, se transforme en un panorama de montagnes majestueux à l’arrivée dans la clairière au sol rocheux. Après avoir laissé Sattelboden derrière soi, on entame la deuxième petite montée jusqu’au Chrampfegg. À une altitude constante, on traverse des forêts plus ou moins denses jusqu’au chalet d’alpage Mittlist Nüen, où commence le dernier tronçon de la randonnée. Sur la gauche, on aperçoit occasionnellement le lac de Walenstadt, tout en bas. Le télésiège est enfin en vue après une descente plus raide. Le sentier, déjà emprunté à l’aller, revient à la station supérieure Habergschwänd.

Autour de la ville de Neuchâtel N° 1810
Neuchâtel — Neuchâtel, Place Pury • NE

Autour de la ville de Neuchâtel

On connaît Neuchâtel, son château, son centre historique et ses bâtiments en pierres jaunes, mais moins ses alentours, avec ses forêts et ses rives urbaines. Cette randonnée, parfaite pour les périodes hivernales, en fait le joli tour.
Partant de la gare, le bus conduit le randonneur à la station du Vallon de l’Ermitage, un nom de référence lorsqu’on parle des hauteurs de Neuchâtel. Passé le jardin botanique, l’itinéraire aborde la seule, mais solide grimpée du parcours. Le Centre Dürrenmatt, dont la bâtisse a été conçue par l’architecte tessinois Mario Botta, incite à s’arrêter, tout comme, un peu plus haut, les rochers de l’Ermitage d’où l’on admire le lac et la ville que l’on vient de quitter.
La forêt, parsemée de rochers calcaires, propose maintenant un long épisode de marche à plat. Entre les arbres dénudés, on devine d’abord la clairière de Fontaine-André et son l’abbaye du 12e siècle. Le chemin passe ensuite sous le funiculaire mis en service en 1910 et qui relie La Coudre à Chaumont. A la Prise Gaubet, une clairière appréciée pour les loisirs, il descend lentement sur Saint-Blaise.
On y voit d’abord des champs et un beau panorama sur la partie est du lac de Neuchâtel, puis des vignes. Saint-Blaise est un joli bourg viticole que l’on traverse avant de rejoindre les rives du lac. Modèle de renaturation, elles offrent des criques, des plans de roseaux, des sentiers engageants. Apparaît alors le jardin du musée du Laténium, avec ses reconstitutions de vestiges archéologiques et le parc animé des Jeunes Rives. En fin de randonnée, le port de Neuchâtel et le quai Osterwald adressent au randonneur un dernier salut à l’image de la Belle Epoque.

Franchir le col de la Gemmi enneigé N° 1811
Gemmipass — Sunnbüel • VS

Franchir le col de la Gemmi enneigé

Les premiers touristes franchirent la Gemmi dès les XVIIIe et XIXe siècles. Ce furent notamment des artistes, des poètes et des hommes politiques, à l’instar du savant universel bernois Albrecht von Haller, de Mark Twain, d’Alexandre Dumas, de Lénine et de Picasso. Tous logèrent à l’hôtel Schwarenbach, à mi-chemin entre Loèche-les-Bains et Kandersteg. Le poste douanier d’origine est devenu une auberge de montagne en 1742. Aujourd’hui encore, c’est une étape bienvenue, où l’on peut reprendre des forces, adossé au mur chauffé par le soleil.

Il n’est pas rare que le trajet en téléphérique jusqu’au col de la Gemmi noue un ventre ou l’autre, tant la cabine grimpe à pic le long de la paroi rocheuse. D’en haut, Loèche-les-Bains ressemble à un village de poupées. Il ne faut pas rater cette vue exceptionnelle depuis la plate-forme panoramique, avant de se tourner vers les pics de 3000 m et l’étendue du plateau du lac Daubensee. Mais gelé et recouvert de neige, le lac se devine à peine sous le manteau blanc. Des pistes traversent la surface scintillante, les unes pour les skieurs de fond, les autres pour les randonneurs.

La riche nature qui entoure le chemin de la Gemmi est loin d’être une évidence. Dans les années 1950, il existait en effet des plans pour une route de col, qui ont heureusement disparu au fond d’un tiroir. Ainsi, seules quelques lignes à haute tension «ornent» aujourd’hui ce paysage autrement préservé. À Sunnbüel, à la fin de la randonnée, la terrasse d’une autre auberge invite à se prélasser au soleil en admirant la vue sur les montagnes, avant de reprendre le téléphérique pour une descente vertigineuse jusqu’à Kandersteg.

Dans le Val Terbi N° 1809
Courchapoix, village • JU

Dans le Val Terbi

Situé à l’est de Delémont (JU), le Val Terbi est idéal pour les randonnées à la fin d’automne. Et cela d’autant plus lorsque le soleil est de la partie et que le brouillard recouvre désespérément le Plateau. Une jolie boucle, qui part de Courchapoix et qui passe par Montsevelier pour revenir sur ses pas, permet d’apprécier la tranquillité et la configuration de l’endroit.

Après avoir pris un peu de hauteur – histoire notamment de voir le dégagement qu’offre ce val –, et traversé quelques champs, le randonneur suit, presque à plat, la clairière, pénétrant, ici et là, dans les bois. Dans un pli du terrain, il découvre sur un panneau la légende des Hairodes, des petits nains, et peut visiter leur grotte. On apprend aussi que le lieu fut occupé par des charbonniers et des artisans du fer.

Une fois les pentes boisées, qui tracent la frontière avec le canton de Soleure, définitivement quittées, l’itinéraire plonge au sud pour atteindre, dans un paysage vallonné, le village de Montsevelier avec ses anciennes fermes, son église au clocher imposant et dont les vestiges datent de 1635.

Au sud de cette localité, après une petite côte bien raide, on peut admirer la place que Montsevelier a prise au cœur des collines environnantes. Le chemin se poursuit alors résolument en direction de l’ouest. Ici aussi, le dégagement sur le val est imposant. Du plat, un peu de descente, un peu de montée alternent sur ce parcours entre les champs. A main gauche, apparaît le village de Corban, à main droite, la vue sur la pente boisée qui a servi de décor au début de la randonnée. Quelques pas encore, et Courchapoix est là, invitant le randonneur à se restaurer avant de reprendre le bus.

 

Les chèvres de Sattel-Hochstuckli N° 1935
Sattel Mostelberg • SZ

Les chèvres de Sattel-Hochstuckli

Avez-vous déjà mangé une glace en pleine randonnée hivernale? Au lait de chèvre, qui plus est? Cette randonnée facile en est l’occasion rêvée, et s’accompagne d’une visite de l’étable. A la ferme Ziegenhof Blüemlisberg, les chèvres mettent bas au début de l’année et on peut venir les voir, pour le plus grand bonheur des enfants. Les chevreaux sautillent dans la paille et reniflent les doigts des enfants avec curiosité, déclenchant des éclats de rires ravis.
Le circuit démarre à la station supérieure Sattel Mostelberg, après une montée en télécabine tournante. Il quitte rapidement les pistes de ski pour faire le tour de l’Engelstock dans le sens antihoraire. On parvient bientôt à l’auberge de montagne Engelstockweid: bien qu’elle soit fermée en hiver, un réfrigérateur rempli de boissons permet d’assouvir sa soif. Sur le chemin d’altitude ensoleillé en direction de la ferme Blüemlisberg et de ses chèvres, on peut admirer la vue sur la cuvette de Schwyz, avec la Reuss et les lacs de Lauerz et d’Uri, ainsi que sur les Alpes de Suisse centrale. Le magasin de ferme et ses glaces invitent à faire une halte. Enfin, une petite route mène au point de vue de Mostelegg, puis redescend au Herrenboden, dans le domaine skiable. Le retour à la station supérieure inclut un détour par un pont suspendu.
Au fait, la glace au lait de chèvre ne sent pas l’étable. Au Blüemlisberg, les normes d’hygiène sont élevées afin que le lait ne soit pas contaminé, ce qui aurait des répercussions négatives sur sa saveur. Alors, n’ayez crainte et goûtez ces glaces!

Calme plat dans le Gadmertal N° 1939
Nessental, Schwendi — Gadmen, Obermaad • BE

Calme plat dans le Gadmertal

La vallée de Gadmen, dans l’Oberland bernois, est une destination de randonnée principalement estivale. Mais l’hiver, la vallée enneigée vaut aussi le détour, idéalement dès janvier, lorsque le soleil brille plus longtemps. La vallée compte trois chemins de randonnée hivernale balisés et cette randonnée emprunte deux d’entre eux. Celui qui relie Fuhren à Obermad court, principalement à plat et au soleil, au pied de la chaîne de montagnes Gadmerflüö, souvent appelée les Dolomites de Gadmen. Le nom de «Gadmen» vient du vieux haut allemand gadum, qui signifie grange. Et en effet, celles-ci sont nombreuses dans le coin.
La vallée étant régulièrement touchée par des avalanches, il est important de ne pas quitter le chemin balisé. La route du col historique datant de 1811, qui est déneigée pour permettre aux habitants de sortir de chez eux, fait exception. Départ de «Nessental, Schwendi», où il est d’ailleurs aussi possible de passer la nuit dans les roulottes aménagées du B&B Evergrin. La petite route longe le cours d’eau Gadmerwasser avant de grimper peu avant la station inférieure du téléphérique Triftbahn et rejoint le palier de Schaftelen par des virages en épingle. Ici, les crampons et les bâtons peuvent s’avérer utiles. Bientôt, les randonneurs atteignent Fuhren, au fond de la vallée, où une petite cascade gelée les attend au bord du chemin. Le calme qui y règne est relaxant: le col du Susten étant fermé en hiver, le vrombissement des motos ne se fait pas entendre dans la vallée. Que c’est agréable!

Parcours de raquettes au Niederhorn N° 1938
Beatenberg Vorsass — Habkern, Post • BE

Parcours de raquettes au Niederhorn

On dit qu’il s’agit du plus long parcours en raquettes balisé du canton de Berne. Long, il l’est, vu ses 18 km, mais c’est aussi l’un des plus beaux. Un funiculaire depuis Beatenbucht, puis une télécabine pulsée à cabines groupées depuis Beatenberg permettent d’atteindre le point de départ de Beatenberg Vorsass, où lugeurs, skieurs et randonneurs se retrouvent au restaurant. Chacun suit brièvement le même chemin préparé, puis les itinéraires se séparent à Flösch. Le parcours de raquettes traverse la forêt de pins clairsemée, passe par Oberburgfeld puis la Chüematte, où, les week-ends de beau temps, on admire depuis la buvette l’Eiger, le Mönch et la Jungfrau. Un premier raccourci permet de rejoindre Waldegg/Beatenberg.
L’itinéraire s’élève ensuite vers l’alpage isolé d’Oberberg, au Gemmenalphorn. A cet endroit, les randonneurs en raquettes sont souvent proches de la limite de la forêt, où le tétras-lyre se sent à l’aise. Il est déconseillé de quitter l’itinéraire balisé par égard pour la faune sauvage. Le chemin monte sur la crête, d’où la vue sur le Justistal et le Sibe Hängste est magnifique. Les roches calcaires de la crête tombent abruptement vers l’Emmental. De l’autre côté, celui de l’Oberland bernois, le relief calcaire plus doux forme l’immense Alp Seefeld. L’itinéraire traverse par Vorders-, Mittlers- et Hinders Seefeld un fascinant paysage de marais jusqu’au col de Grüeneberg. A Hinders Seefeld, un second raccourci mène à Habkern.
Vient alors la descente le long de la route jusqu’à Habkern. Les épicéas poussent ici de manière très régulière vers le ciel: une bonne matière première pour la scierie du village. L’entreprise familiale Bernatone fabrique ses cors des Alpes à partir des plus belles pièces. Difficile de trouver ailleurs un bois de résonance d’une telle qualité.

Randonnée en raquettes au Rigi Scheidegg N° 1932
Rigi Scheidegg • SZ

Randonnée en raquettes au Rigi Scheidegg

La randonnée en raquettes débute à la station supérieure de la télécabine Kräbel-Rigi Scheidegg et descend par des virages à la bifurcation vers l’auberge de Rigi Burggeist, au point 1598. C’est ici qu’il faut goûter au célèbre gâteau au fromage, l’«Original Gersauer Käsekuchen», dont la recette est jalousement gardée. On peut l’acheter à la boulangerie de Gersau Artepane ou le savourer ici, à l’auberge Rigi Burggeist, le seul restaurant du Rigi Scheidegg où se rendre avant ou après cette superbe randonnée en raquettes par la Gersaueralp.
Depuis l’auberge, le sentier descend légèrement vers l’Alp Altstafel. Puis vient un bref passage sur une pente un peu plus raide jusqu’à une haie et une barrière: la frontière avec le canton de Lucerne. Le chemin traverse ensuite le pâturage enneigé jusqu’à l’alpage de Gütsch et sa croix, d’où l’on voit le lac des Quatre-Cantons, le Bürgenstock et le Pilatus. Les rochers de poudingue, à l’arrière, sont eux aussi impressionnants. Peu après commence la montée dans la forêt de Dimmerbode jusqu’à Hinder Dosse, où l’on rejoint le large sentier de randonnée hivernale entre Rigi Kaltbad et Rigi Scheidegg. Sans raquettes, on retourne à la station supérieure du téléphérique de Kräbel-Rigi Scheidegg.

Randonnée en deux actes par le Val Surses N° 1936
Cunter, vischnanca — Riom, vischnanca • GR

Randonnée en deux actes par le Val Surses

La neige qui tombe marque l’entrée en scène du balisage rose qui guide les marcheurs lors de cette agréable randonnée. Le décor? Le Val Surses enneigé, une vallée latérale de l’Albula. Les principaux protagonistes? Les trois petits villages de Cunter, Salouf et Riom et une rivière, la Julia, ou Gelgia en romanche.
La randonnée hivernale débute à Cunter, près de Savognin. Elle se terminera à Riom, le village situé juste au-dessus, sur le versant gauche de la vallée. Son château étant visible au loin, on pense que le but est proche. Erreur! L’itinéraire choisi passe par le fond de la vallée et ne monte pas par la voie directe. A l’église de Cunter, on emprunte le chemin à gauche qui mène à la Julia, que l’on suit vers l’aval et Salouf. Après un bref passage dans la zone industrielle, on rejoint l’autre rive en traversant un pont. A hauteur de la gravière du lac d’accumulation Lai da Burvagn, l’itinéraire part sur la gauche. Ici commence la montée en pente douce vers Salouf, un village aux belles bâtisses historiques situé sur une terrasse surplombant la vallée. Un étonnant changement de décor attend les marcheurs: le sentier fait une boucle à gauche à travers le village et on voit apparaître ce qui, avant, était derrière soi. Nouvelle vue sur le paysage alentour avec, au milieu, le village de Parsonz. On continue vers Riom, en suivant la direction de Cunter en contrebas de Parsonz.
En haut du village se trouve l’accueillante Ustareia Taratsch, qui sait mettre en scène les spécialités locales. Pour l’après-spectacle, c’est au Café Carisch qu’il faut goûter aux délicates pâtisseries. Il arrive aussi que le château de Riom soit sous le feu des projecteurs. Pendant l’Origen Festival Cultural, le château fort du début du XIIIe siècle se transforme en scène pour la musique, la danse et le théâtre.

Dans le haut-marais de Rothenthurm N° 1934
Rothenthurm • SZ

Dans le haut-marais de Rothenthurm

Rothenthurm, dans le canton de Schwyz, ne se situe qu’à 900 mètres d’altitude, et pourtant, les hivers y sont glaciaux. La Biber, la petite rivière qui serpente dans le haut-plateau entre Rothenthurm et Biberbrugg, gèle elle aussi. Sur cette plaine si plate s’étend le plus grand haut-marais d’un seul tenant de Suisse. Un paysage d’une grande valeur, caractérisé par une pauvreté extrême en espèces. Le haut-marais n’est pas en contact avec la nappe phréatique et ne reçoit donc aucun nutriment. Les sphaignes, l’une des rares plantes à y prospérer, ne pourrissent pas mais meurent. C’est ainsi que le haut-marais croît, de 1 millimètre par an environ. Il produit de la tourbe, un matériau de chauffage et d’isolation autrefois très recherché.
C’est grâce au haut-marais de Rothenthurm que les paysages marécageux de Suisse sont aujourd’hui protégés. L’armée voulait construire ici une place d’armes, mais tout le monde ne l’entendait pas de cette oreille. Le conflit a tenu en haleine tout le pays et a pris fin en 1987 avec l’acceptation par le peuple de l’initiative dite de Rothenthurm, qui a placé les marais suisses sous protection.
Albert Marty connaît le haut-marais comme sa poche. Depuis de nombreuses années, il fait découvrir aux personnes intéressées ce paysage primitif et les sensibilise à ses interconnexions et à sa beauté. Il aime les différentes saisons du marais. En hiver, il apprécie le silence et la tranquillité. Et le froid, qui peut être plutôt mordant au cours de la brève randonnée hivernale entre la gare de Rothenthurm et le Steinstoss Stübli. Le parcours passe devant d’anciennes cabanes en bois de l’époque de l’extraction de la tourbe, les Turpehüttli, et traverse la Biber à mi-chemin. Il ne faut pas quitter le chemin balisé. Le marais reste un paysage sensible, même en hiver.

Profiter du soleil au-dessus de Locarno N° 1937
Cardada (Funivia) — Capanna Cimetta • TI

Profiter du soleil au-dessus de Locarno

Pour pallier la mélancolie des journées d’hiver maussades, rien de tel qu’une excursion au soleil, à Cardada par exemple. La randonnée facile suit le sentier raquettes jusqu’à Cimetta. Auparavant, Cardada était une station de ski très appréciée. Il en résulte de nombreuses possibilités de se restaurer lors de la montée. Le retour peut être fait en télésiège depuis Cimetta.
Le village de vacances et le meilleur restaurant de Cardada, Casa Colmanicchio, se situent à quelques minutes de la station supérieure. S’y trouve également la station inférieure du télésiège menant à Cimetta. La montée commence juste à droite, à côté de la station supérieure. Au bout de quelques mètres, le sentier pénètre dans une forêt clairsemée et gagne rapidement en hauteur après plusieurs virages. Une demi-heure plus tard, il atteint l’alpe Cardada et la Capanna Cardada. Quelques centaines de mètres plus loin se trouve la Capanna Lo Stallone. Vient ensuite la dernière petite montée jusqu’au sommet de Cimetta. D’abord en direction du télésiège, puis, avant d’atteindre le tracé, le chemin change de direction et entame l’ascension du sommet. La station supérieure du télésiège, avec la Capanna Cimetta, n’est plus loin du tout.