Suisse Rando | Propositions de randonnée • Suisse Rando

1542 entrées ont été trouvées
Le secret du Doubs à Goumois N° 2150
Les Pommerats, village — Goumois, douane • JU

Le secret du Doubs à Goumois

En traversant la frontière franco-suisse sur le pont de Goumois, on ne se doute pas qu’une merveille de la nature se cache tout près. En effet, à une heure de marche se trouve le Bief de Vautenaivre, qui jaillit d’une énorme plaque rocheuse semi-circulaire. Cette cascade se jette dans un impressionnant cirque rocheux, environ 7 mètres plus bas. Il faut néanmoins bien planifier sa visite, car le ruisseau ne contient assez d’eau pour assurer le spectacle qu’après les périodes de pluie. Il s’assèche rapidement car l’eau s’infiltre très vite dans le sous-sol calcaire.

La courte randonnée débute aux Pommerats, mène à la sortie ouest du village et, vers Le Cerneux, à travers bois, puis descend abruptement. Une fois au bord du Doubs, il est possible de faire halte à l’auberge La Verte-Herbe, qui propose des plats de poisson. Un sentier longe le Doubs en aval avant de bifurquer à droite près d’une aire de pique-nique et de quitter le chemin de randonnée officiel. Il traverse une forêt où la mousse est omniprésente: sur le sol, les arbustes, les rochers. Au point 539, la vallée se divise: à droite, le chemin mène à la cascade, accessible en toute sécurité grâce à des passerelles et un escalier métallique.

Le chemin du retour est le même. Depuis l’auberge, il faut encore marcher environ 1 kilomètre jusqu’à Goumois, où les randonneuses et randonneurs peuvent se restaurer et prendre le bus menant à Saignelégier. En parcourant les derniers mètres, il vaut la peine de se retourner. On peut alors apercevoir, en hauteur, un chef-d’œuvre de la nature sur une paroi rocheuse: le vent et les intempéries ont érodé la marne et le calcaire, formant ainsi le visage d’un singe.

A travers des gorges sauvages en Suisse orientale N° 2149
Gossau SG — Degersheim • SG

A travers des gorges sauvages en Suisse orientale

La Glatt et le Wissbach, situés dans la région frontalière des cantons de Saint-Gall et d’Appenzell Rhodes-Extérieures, sont aujourd’hui des cours d’eau idylliques qui se faufilent à travers des gorges pittoresques et permettent d’admirer des paysages variés. Jadis, ils étaient toutefois bien plus que cela, comme en témoignent les châteaux en ruine, les vieux moulins et barrages ainsi que les anciennes usines.
La randonnée débute à la gare de Gossau et traverse cette petite ville située aux portes de Saint-Gall en direction de Flawil. Le chemin quitte rapidement la localité et mène à travers de vastes champs et prairies, avec vue sur les collines appenzelloises et l’Alpstein. A Isenhammer, il rejoint la Glatt et les premiers témoins de la culture industrielle. L’usine de l’entreprise textile internationale Cilander, toujours en activité, est un vestige de l’industrie textile autrefois florissante dans la région.
Un peu plus en amont, les ruines du bourg Helfenberg surplombent la rivière et, près du confluent de la Glatt et du Wissbach, se trouve le village pittoresque de Schwänberg, où les barons du textile habitaient jadis. Ici, la région se montre sous son plus beau jour, avec des vergers en fleurs, des prairies ornées de pissenlits et de jolies maisons à colombages rénovées.
Depuis Schwänberg, le chemin descend dans les gorges du Wissbach, franchit de nombreux escaliers et passerelles et passe devant plusieurs petits lacs de barrage jusqu’à Talmühle, où se trouve une belle aire de grillades au bord de l’eau. Bien que le Wissbach soit encore utilisé pour produire de l’électricité, les gorges sont un paradis naturel et désormais protégées. Enfin, le chemin passe à nouveau par une douce colline et des prairies fleuries pour arriver au village de Degersheim, ou Tegersche, comme l’appellent les gens du coin. D’ici, le RER circule jusqu’à Saint-Gall.

Epreuve de courage à Stein am Rhein N° 2148
Stein am Rhein • SH

Epreuve de courage à Stein am Rhein

Le circuit de randonnée jusqu’au bourg de Hohenklingen, près de Stein am Rhein, est parfait pour les enfants. Dans la montée, une grotte de grès met leur courage à l’épreuve. Les adultes doivent toutefois passer leur tour: seuls les enfants peuvent traverser l’étroite cheminée d’aération de la 5 Minuten-Höhle (grotte des 5 minutes). Celle-ci a été créée dans les années 1830 par la brasserie locale et servait d’entrepôt pour la bière et la glace. Les blocs de glace étaient prélevés dans le lac Untersee gelé en hiver, enveloppés de copeaux de bois et de paille, puis acheminés jusqu’à la grotte.

De la gare de Stein am Rhein, le chemin traverse d’abord le Rhin et poursuit en aval autour de la vieille ville vers Fridau, avant de monter légèrement jusqu’à l’indicateur de direction «Sandsteinhöhlen». De là, un chemin creux non balisé en jaune mène à l’entrée de la grotte. Une fois la visite de celle-ci terminée, l’itinéraire se poursuit jusqu’à la cabane forestière Ärgete et au bourg de Hohenklingen. Le tour du vaste bourg donne un aperçu fascinant des conditions de vie au Moyen Âge. Plusieurs parties du bourg sont accessibles au public, notamment la tour, qui peut être visitée librement.

A côté de l’éperon rocheux sur lequel se trouve le bourg, une grande clairière offre plusieurs endroits pour faire une halte. Un étroit chemin forestier suit alors la crête du Schiener Berg jusqu’à la frontière. Dans un arc de quelques centaines de mètres sur le sol allemand, l’itinéraire redescend vers Bleiki et revient en Suisse, puis à la vieille ville de Stein am Rhein.

Un parfum frontalier au Simplon N° 2147
Gondo, Kirche — Zwischbergen, Bord • VS

Un parfum frontalier au Simplon

Contrebandiers, ruée vers l’or et éboulement tragique: voilà ce qui est généralement associé au village frontalier de Gondo. Ces thèmes sont également visibles dès le début de la randonnée, qui démarre devant le poste douanier: la fontaine des contrebandiers (Schmugglerbrunnen) rappelle le transport clandestin des marchandises à la frontière. A côté de la Stockalperturm, un panneau affiche l’heure de la prochaine excursion d’orpaillage. Quant à ce bâtiment historique, aujourd’hui devenu un hôtel avec restaurant, sa nouvelle partie en béton atteste l’éboulement qui a emporté l’ancien mur en automne 2020. La randonnée démarre juste en face et remonte la paisible vallée Zwischbergental sur le Chemin de Stockalper. A l’arrivée, l’auberge de montagne Bord propose un menu succinct mais raffiné.
A droite de la cascade, là où la rivière Grossus Wasser se précipite dans la vallée, un chemin parallèle à la route sinueuse serpente vers les hauteurs. Sous la canopée, le calme s’installe et l’air frais du matin a l’effet d’un deuxième espresso. Soudain, un petit groupe de chevreuils apparaît, savourant son petit-déjeuner dans une prairie luxuriante. Discrètement, le trajet se poursuit dans la gorge; on monte des escaliers et on croise des groupes de canyoning en quête d’adrénaline. Une fois les premières centaines de mètres de dénivelé surmontées, le chemin passe sous le pont à gauche de l’arrêt de car postal «Hof» pour s’enfoncer dans les bois. Un panneau signale que les forêts de hêtres du Zwischbergental sont les seules de leur genre en Haut-Valais. D’abord étroite et boisée, la vallée offre ensuite de belles vues dès que les arbres se font plus clairsemés. La randonnée se poursuit en longeant la rivière jusqu’au lac de retenue de Sera. De là, il ne faut plus que 30 minutes pour atteindre l’agréable terrasse ensoleillée de l’auberge.

Douceur printanière et belles vues au Rigi N° 2146
Mittlerschwanden — Weggis, Seilbahn • LU

Douceur printanière et belles vues au Rigi

Partir au printemps faire une randonnée un peu plus exigeante, mais très variée, avec une vue imprenable? Cette courte marche sur le versant sud du Rigi est idéale à cet égard. Le soleil est ici garant de douceur tôt dans l’année, ce qui se reflète dans la végétation. On voit plusieurs palmiers au-dessus de Lützelau, à la Chesteneweid. Au Moyen Age, des châtaigniers y ont été plantés pour que les personnes les plus pauvres aient assez à manger. L’arrivée de la pomme de terre et du maïs a fait perdre de son importance à la châtaigne en tant qu’aliment de base bon marché. Aujourd’hui encore, tout le monde peut récolter des fruits dans la châtaigneraie. La réserve naturelle compte 160 arbres et présente une grande diversité végétale et animale. On voit notamment différentes espèces d’orchidées et de papillons diurnes entre les arbres.
La randonnée débute par un trajet de trois minutes dans le train à crémaillère en direction de Rigi Kulm. A pied, cela équivaut à un dénivelé de près de 250 mètres sur le béton. Après avoir quitté le train à Mittlerschwanden, il reste bien assez de montées et de descentes sur le chemin de randonnée de montagne blanc-rouge-blanc. Il faut ensuite descendre deux échelles avant de bifurquer sur le Waldstätterweg à Teufibalm. Voici alors Langwilen, où on marche assez brièvement sur l’asphalte. On atteint bientôt la Wilenalmig par de nombreux escaliers, avec une vue magnifique sur Vitznau, l’Obere Nase, le lac des Quatre-Cantons et, à l’arrière, Niederbauen et le Rophaien. On traverse ensuite une forêt, la Lützelauerwald, entre blocs de nagelfluh, buissons, cuvettes humides et quelques escaliers métalliques jusqu’à la Chesteneweid, avant d’entamer la descente, sans difficulté particulière, jusqu’au téléphérique de Weggis–Rigi Kaltbad.

Le château de Chillon par les hauts N° 2145
Villeneuve VD — Veytaux, château de Chillon • VD

Le château de Chillon par les hauts

Depuis 2013, Pascal Bourquin explore rigoureusement le réseau pédestre helvétique. L’objectif de l’instigateur du projet «La vie en jaune» est aussi simple qu’ambitieux: parcourir tous les chemins de randonnée du pays, qu’ils soient balisés en jaune, en blanc-rouge-blanc ou en blanc-bleu-blanc. L’itinéraire reliant Villeneuve au célèbre château de Chillon en passant par les hauteurs, à savoir En Sonchaux, constitue selon l’observateur un exemple assez représentatif de la diversité du réseau suisse, puisqu’il allie revêtements durs et mous, sentiers et routes, perles naturelles et curiosités citadines.

La randonnée débute à la gare de Villeneuve, d’où l’on commence immédiatement à monter. Passées les dernières traces d’urbanité, un chemin raide slalome dans la forêt à l’assaut d’En Sonchaux et de sa vue imprenable sur le lac Léman. Les 150 derniers mètres de dénivelé s’effectuent malheureusement sur une route asphaltée mais l’effort en vaut la peine: déguster une part de tarte sur la belle terrasse de l’auberge de Sonchaux est un vrai régal pour les yeux et l’estomac. Une fois passé le tronçon en dur en sens inverse, on emprunte à la descente un second sentier forestier, qui mène au village de Veytaux. Le château de Chillon, une des principales attractions touristiques du pays et but de cette randonnée, est situé juste en dessous. Après l’avoir visité, les marcheuses et marcheurs prennent le bus à l’arrêt «Veytaux, château de Chillon». Qui souhaite prolonger l’itinéraire peut longer le lac en direction de Villeneuve ou de Montreux.

Trois châteaux tessinois et un village fantôme N° 2144
Giubiasco — Bellinzona • TI

Trois châteaux tessinois et un village fantôme

Au centre de Bellinzone, entre les boutiques et les restaurants, se dissimule l’accès à une époque révolue. En empruntant les ruelles de la vieille ville, par les escaliers ou l’ascenseur, on arrive à la forteresse médiévale qui trône sur une colline: le Castel Grande. Du haut des murailles, le regard se pose sur les deux autres emblèmes du chef-lieu tessinois, les châteaux de Montebello et de Sasso Corbaro. Depuis 2020, ce trio fait partie du patrimoine culturel mondial de l’Unesco, avec les murailles et les remparts du bourg.
Ce site historique est le but de la randonnée de trois heures qui commence à Giubiasco. De la gare, on passe par la Piazza Grande. Là commence la légère montée en direction de Pianezzo. Un chemin de gravier mène à Scarpapè, entre verdure et fleurs colorées. Depuis une terrasse près des logements de vacances du même nom, où se trouvait autrefois un grotto, on admire la plaine de Magadino jusqu’au lac Majeur. Ensuite, la forêt prend le dessus et le chemin mène aux ruines de Prada en passant par un petit ravin. Ce village médiéval fantôme a été mystérieusement abandonné au XVIIe siècle. A cause de la peste ou de conditions agricoles défavorables? Depuis 2019, Prada a le statut de bien culturel d’intérêt cantonal protégé. Des travaux archéologiques ont été lancés pour préserver les ruines et trouver d’autres indices afin de percer le mystère. Autre curiosité de Prada: les fresques de l’église restaurée des Santi Girolamo e Rocco. Vient ensuite la descente du versant boisé à travers la gorge du torrente Dragonato. Au lieu de suivre le chemin direct vers Bellinzone, il est conseillé de faire un détour par le Castello di Sasso Corbaro, d’où un sentier balisé mène aux deux autres châteaux classés par l’Unesco.

Fleurs et panorama au-dessus du Val Müstair N° 2143
Sta. Maria Val Müstair, cumün — Müstair, Clostra Son Jon • GR

Fleurs et panorama au-dessus du Val Müstair

In den Bündner Hochtälern dauert es manchmal lange, bis die Wanderwege frei von Schnee sind und die ersten Blumen aus dem Boden lugen. Ist es dann aber endlich so weit, ist die Blütenpracht umso eindrücklicher. Meist gegen Ende Mai oder Anfang Juni verwandeln sich die Wiesen in bunte Farbpaletten und Wandernden fällt es bald schwer, den Blick vom Boden auch mal wieder in die Ferne zu richten. Besonders berauschend ist der Bergfrühling im Val Müstair, dem östlichsten Zipfel der Schweiz. Nicht zuletzt trägt die Region seit 2010 auch das Label Biosphärenreservat der Unesco.

In Sta. Maria, dem eigentlichen Zentrum des Tals, startet eine Wanderung, die Blütenpracht und Panoramasicht gleichermassen bietet. Von der Postautohaltestelle an der unglaublich engen Hauptstrasse geht es zunächst einige Meter zurück und dann ans Ufer des Rom hinunter. Dem wilden Wasser entlang führt der Weg durch Auen und über Kiesbänke flussaufwärts, bis er in Richtung Craistas und Lü rechts abzweigt. Der steile Anstieg zu den Weilern Valpaschun und Craistas wird mit prächtigen Blumenwiesen belohnt.

Zunächst ein Stück auf einer Asphalt-, später dann auf einer Forststrasse geht die Wanderung beinahe eben aus weiter dem Südhang entlang gegen Terza zu. Auf der anderen Talseite reihen sich die Grenzgipfel zum Südtiroler Vinschgau auf: Piz Minschuns, Piz Costainas, Piz Cotschen. Für eine Rast bietet sich das Bergrestaurant Terza mit seiner schönen Aussichtsterrasse an. Anschliessend geht es in Serpentinen und durch Schafweiden hinunter ins Klosterdorf Müstair. Hier ist auf jeden Fall das Benediktinerinnenkloster Son Jon sehenswert, welches zum Unesco-Weltkulturerbe gehört. Im langgezogenen alten Ortskern gibt es aber auch sehr schöne, reich mit Sgraffiti verzierte Wohnhäuser zu bestaunen.

Hiver idyllique près de Gstaad N° 1945
Lauenen b. Gstaad, Rohrbrücke • BE

Hiver idyllique près de Gstaad

Une randonnée hivernale autour de ce lac enchanteur est la promesse d’une aventure inoubliable dans un environnement féérique. En hiver, le lac idyllique situé au fin fond de la vallée de Lauenen repose dans un décor pittoresque composé de forêts et de sommets enneigés.
Le point de départ de la randonnée est le charmant village de Lauenen b. Gstaad. L’itinéraire mène d’abord le long du somptueux ruisseau Louwibach, bordé de Tristen, ces meules de foin coniques assemblées avec soin, dont les pointes élégantes ressemblent de loin à des tentes recouvertes de neige. À la lisière de la forêt, la neige tombe des arbres et atterrit silencieusement sur l’épais manteau neigeux. Après une courte montée à travers les bois, les randonneuses et randonneurs rejoignent le chemin qui mène directement au lac de Lauenen par le versant est. À cet endroit, l’accueillante auberge Bochtehus Beizli, une ferme vieille de 300 ans, propose des plats traditionnels. L’agréable chaleur du feu invite à s’y attarder pour déguster les spécialités régionales.
À présent revigorés, les randonneuses et randonneurs peuvent reprendre la route, qui monte doucement le long d’imposantes parois rocheuses ornées de longues stalactites. Une fois au fond de la vallée, leur regard embrasse le lac de Lauenen gelé. En hiver, il dégage un calme presque surnaturel. Ici, dans la cuvette enneigée, la quiétude de la nature prend toute son ampleur. Seul le crissement de ses propres pas dans la neige vient interrompre ce silence. Le chemin continue sur la rive droite, longeant des roseaux et des clôtures, dont les poteaux sont recouverts d’un petit bonnet de neige. Il descend ensuite légèrement le long du versant ouest en direction de Lauenen, où le paysage hivernal se présente à nouveau dans toute sa splendeur.

Dans les gorges de la Schwarzwasser N° 2110
Mittelhäusern — Oberbalm, Dorf • BE

Dans les gorges de la Schwarzwasser

La descente vers les gorges de la Schwarzwasser donne l’impression de quitter la civilisation. Le point de départ de la randonnée est la gare RER de Mittelhäusern. L’itinéraire passe devant deux fermes puis arrive à un escalier descendant à Heitibüffel, une imposante falaise au bord de la Singine. Le chemin remonte la rivière jusqu’au confluent avec la Schwarzwasser, qu’il longe, passant sous le pont ferroviaire, jusqu’au vieux pont enjambant la Schwarzwasser. Il vaut la peine de jeter un œil au-dessus de la balustrade: l’eau a creusé d’impressionnants sillons dans le grès.
Le large chemin mène ensuite le long des méandres de la Schwarzwasser dans la vallée de plus en plus étroite. Lorsque les températures sont négatives, de jolies formations de glace décorent les parois rocheuses. Plus le fond de la vallée approche, plus l’isolement est grand. Il est fréquent d’apercevoir un héron ou de laisser les toutes premières traces de pas dans la neige. A Bütschelbachstäg, les choses se corsent: le chemin devient étroit et escarpé. Comme il se trouve en forêt, la montée est aussi praticable en hiver, mais plus aisée sans neige. Il faut de bonnes chaussures et, éventuellement, des crampons.
Quand le Plateau est sous le brouillard, celui-ci s’accumule souvent au bord des gorges. Ainsi, il n’est pas rare que le soleil brille à Borisried, un petit hameau doté d’une fromagerie et dont la solide activité économique, aujourd’hui réduite à néant, en faisait la renommée. Le reste du chemin via Oberflüh, qui monte à Balmberg puis descend à Oberbalm, suit en grande partie la route bitumée. En hiver, ce désavantage est vite compensé: après la rude montée, le panorama sur la chaîne des Alpes et du Gantrisch devant soi et le Chasseral derrière soi est superbe.

Les vieux mélèzes de la vallée de Saas N° 2109
Kreuzboden — Saas-Grund, Unter dem Berg • VS

Les vieux mélèzes de la vallée de Saas

Lors du trajet en télécabine entre Saas-Grund et le Kreuzboden, à 2400 mètres, on se rend déjà compte que la nature a bien travaillé. Quelles montagnes! Les pyramides et les pointes du massif des Mischabels se dressent dans le ciel bleu, bien au-dessus de Saas-Fee, telles une large paroi. La plus haute, le Dom, culmine à 4546 mètres. A sa gauche, le large Alphubel et l’Allalin.
La randonnée en raquettes débute sur le Kreuzboden animé. Le temps de prendre des forces au restaurant doté d’une immense fenêtre panoramique et c’est parti! La descente est constante, jamais trop raide. Jusqu’à la station intermédiaire de Trift, le chemin est en général aussi préparé pour les adeptes de la randonnée hivernale. Si de nombreuses personnes sont déjà passées par là, à pied ou en raquettes, la deuxième moitié du parcours vers Saas-Grund est aussi praticable avec des chaussures de randonnée.
Outre la vue sur les montagnes, les très vieux mélèzes et aroles sont impressionnants. On voit déjà, juste en dessous du Kreuzboden, quelques imposants spécimens, mais aussi d’étonnants ancêtres en dessous de la Triftalp, dans la forêt fermée. La Triftalp est un endroit magnifique pour pique-niquer. La pittoresque chapelle de Trift se dresse près d’une dizaine de petites maisons et cabanes. Construite en 1939, elle est dédiée au père moine Antoine, dont une statue se trouve au centre du petit autel. Pendant la période de l’alpage, une messe d’action de grâces est célébrée ici. En contrebas de la Triftalp, on peut se réchauffer avec une boisson au Café Triftalp ou déguster tout de suite une fondue. Il ne reste alors plus qu’à descendre en zigzags par la forêt jusqu’à Saas-Grund.

Boucle dans le fond de la vallée de Conches N° 2108
Biel (Goms) — Gluringen • VS

Boucle dans le fond de la vallée de Conches

Un bon plan pour une agréable journée d’hiver: faire une boucle de deux heures en raquettes sur le Rotten Trail, ou parcours du jeune Rhône, puis se promener en passant près d’une chapelle jusqu’à Gluringen, la destination gastronomique de cette randonnée. Le début du Rotten Trail se situe près de la gare, juste à droite de la grange située avant le pont sur le Rhône. Raquettes aux pieds, on longe la rive enneigée de la rivière. On entend le doux bruit de l’eau glacée et on voit se dissiper lentement des traînées de brouillard à l’aspect mystique qui, certains matins, semblent suspendues au-dessus des arbres. En suivant toujours le balisage rose, sans trop de dénivelé, on atteint Blitzingen au bout d’une petite heure. C’est ici que se trouve le bar Gade, à l’Olympia Sport, un chaleureux snack-bar qui est le point de rencontre des fondeurs, des vététistes et des randonneurs. En passant par le hameau de Bodme, qui a conservé un charme particulier grâce à ses magnifiques maisons traditionnelles, on retourne à Biel de l’autre côté du Rhône. Le parcours se poursuit sur un terrain légèrement surélevé avec une large vue sur la vallée, passe devant d’anciennes étables et de petits ânes au pelage touffu, jusqu’à ce que la boucle se referme à la gare de Biel.
Sans raquettes, on termine par une promenade dans le village avant de continuer vers l’est, sur un chemin de randonnée hivernale, jusqu’au lieu sûrement le plus photographié de la région: la chapelle isolée de Ritzingerfeld. A Gluringen, le village suivant, les enfants apprennent à skier, tandis que juste en face, le restaurant Tenne accueille sportifs et sportives qui ont l’estomac dans les talons.

La douceur du Val Blenio N° 2106
Campra, Bivio • TI

La douceur du Val Blenio

Dötra est un petit hameau d’alpage, installé sur une terrasse légèrement inclinée au sud. Il abrite une chapelle et plusieurs rustici, ainsi qu’une capanna et un grotto. En bref, Dötra est idéal pour profiter des plaisirs de l’hiver.
L’accès au hameau se fait depuis la vallée Santa Maria, qui mène jusqu’au col du Lukmanier depuis Olivone. Le chemin démarre à l’arrêt de bus «Campra, Bivio» et grimpe rapidement dans la forêt. Autrefois déjà, il n’était pas question de perdre du temps pour monter à l’alpage.
Le chemin passe d’abord par un marais avant de s’engouffrer dans la forêt jusqu’à l’alpage Ronco Fichètt. Peu après vient la traversée du bras le plus au sud du Ri di Piera. Un gué aide en cas de neige peu abondante. Les bâtiments inférieurs de Calzanígh arrivent ensuite rapidement. Il est agréable de randonner au soleil, sur un terrain dégagé. L’attente n’est plus longue avant d’apercevoir les premières maisons de Dötra, puis la Capanna Dötra, identifiable à son drapeau. Cette dernière propose des plats locaux, dont les ingrédients viennent de la région. La vue sur les montagnes du Val Blenio et sur le point culminant du Tessin, l’Adula, est à couper le souffle.
Un second chemin alpestre grimpe du hameau de Piera à l’alpage Dötra. Il est lui aussi balisé comme sentier de randonnée en raquettes et relie Dötra à la vallée par le chemin le plus court. Il est toutefois plaisant de prendre son temps en optant pour la route alpine. L’hiver, elle permet de profiter du soleil un peu plus longtemps. En passant par les hameaux d’alpage d’Anvéuda et Oncedo, elle descend à Piera et à l’arrêt de bus.

À la découverte du Val Müstair inférieur N° 2111
Müstair, posta • GR

À la découverte du Val Müstair inférieur

«Le couvent dans la neige, une forteresse lumineuse qui semblait flotter, un château dominant le monde», écrit Constance Hotz dans «Vier Tage im März», un roman policier non traduit en français. Elle y place le mystérieux Müstair au cœur de l’action.
Dominer le monde, voilà qui décrit bien cette randonnée hivernale panoramique qui n’exige pas de grands efforts. L’agréable tour de la vallée fait profiter pleinement du paysage ouvert. Le côté à choisir en premier dépend de la saison. En janvier par exemple, mieux vaut marcher vers Sta. Maria sur le versant gauche orienté vers le sud, puis traverser lorsque le côté opposé, vers midi, est au soleil. A la poste de Müstair, on suit la Senda Val Müstair, balisée en rose. On monte vers le haut du village pour s’engager sur le chemin de randonnée hivernale balisé qui grimpe légèrement sur le versant nord vers Sta. Maria. Peu avant le pont menant au village, on découvre un biotope près de la rivière sauvage Rom, la seule rivière principale d’une vallée suisse à ne pas être exploitée pour l’électricité. Ici, on suit l’indication Senda Rom. On franchit la rivière puis on passe devant des enclos à chevaux pour parvenir à l’entrée du village, où l’on jette un coup d’œil par les fenêtres du Muglin Mall. Ce vieux moulin du XVIIe siècle, doté du plus ancien mécanisme en état de marche de Suisse, ouvre sur demande en hiver. Une fois la route principale de Sta. Maria atteinte, on tourne à gauche, on emprunte près de l’hôtel Alpina une petite route à droite, on monte brièvement et on suit ensuite à gauche le chemin de randonnée hivernale qui descend vers la vallée en offrant une belle vue. A la bifurcation de Plazzöl, on peut traverser le pont pour rejoindre Müstair ou rester sur le bel itinéraire de la Senda Rom, à droite, et s’approcher du célèbre couvent par l’arrière.

Le Val Bedretto, allegro N° 2107
All'Acqua • TI

Le Val Bedretto, allegro

Court et pas trop difficile, cet itinéraire menant à une cabane est idéal pour un jour d’hiver ensoleillé au Tessin. Il faut certes franchir 350 bons mètres de dénivelé, mais on peut prendre son temps et la piste ne pose aucune difficulté technique puisqu’elle suit le sentier de randonnée estivale.
Le sentier raquettes menant à la cabane de Piansecco commence à All’Acqua, au fond du Val Bedretto, là où la route du col du Nufenen n’est plus déblayée en hiver. En famille, il faut compter une bonne heure et demie pour l’ascension, le long d’une pente constante à travers la forêt clairsemée. Les personnes très en forme la négocient bien sûr plus rapidement. La piste est donc souvent bien tassée et peut être suivie sans raquettes.
Lorsqu’on n’habite pas dans la région, il vaut la peine de passer la nuit dans la cabane. Elle a été rénovée en 2020 et offre un excellent niveau de confort, de petites chambres et un restaurant bien aménagé. Organisée en coopérative, l’équipe de bénévoles qui gère la cabane est attentive et aimable.
Le lendemain, il est possible de rechausser ses raquettes pour gagner le Lago delle Pigne, recouvert de neige. L’itinéraire s’effectue sur une sorte de replat agrémenté de petites montées et descentes à l’aller et au retour. Tout au début du plateau, les enfants peuvent jouer à cache-cache ou au frisbee entre les blocs de rochers éparpillés. Et grâce au décor fantastique formé par les sommets du Poncione di Cassina Baggio et du Chüebodenhorn sous un ciel bleu azur, les parents aussi peuvent se détendre avant de redescendre dans le Val Bedretto par le même chemin que la veille.

Un îlot neigeux préservé N° 2105
Nante — Pesciüm • TI

Un îlot neigeux préservé

Même lorsqu’il n’y a plus de neige au Tessin depuis longtemps, le paysage hivernal sur le versant ombragé d’Airolo est surprenant. La partie la plus au nord est en effet le domaine skiable ayant le plus sûr enneigement du Tessin. Il est donc d’autant plus étonnant que les installations ferment avant Pâques.
On démarre le circuit à Nante, après avoir fait le plein de victuailles à la fromagerie Togni. Le chemin de randonnée hivernale s’élance en direction de la station intermédiaire de Pesciüm, passe ensuite par une petite route qui grimpe à l’ouest vers le hameau de Culiscio, puis sous le téléphérique pour rejoindre une route forestière. Il passe une première fois au-dessus du fossé du Riale dei Sassi, puis une deuxième fois, plus haut, après un large virage, avant de rejoindre la terrasse d’altitude de Pesciüm. L’itinéraire tourne à droite sur le chemin de randonnée hivernale. Celui-ci suit la ligne d’altitude vers l’ouest et longe presque le Sentiero degli alpi qui mène d’alpage en alpage en été. Il offre une vue époustouflante sur la route du col du Gothard, le Pizzo Lucendro, le Pizzo Rotondo et le Chüebodenhorn, les sommets surplombant le Val Bedretto. Enfin, le chemin de randonnée hivernale fait un large détour par le Val Pozzuolo sous les impressionnantes falaises du Poncione di Vespero pour rejoindre la bifurcation, où il faut prendre à droite. Le sentier légèrement pentu passe devant la ferme Cascina Nuova et traverse la terrasse d’altitude dans une succession de montées et descentes jusqu’à la station intermédiaire du téléphérique.

Le sauvage Val Lavizzara N° 2104
Mogno, Colonia Pazzalino • TI

Le sauvage Val Lavizzara

Le caractère sauvage de l’endroit se fait déjà ressentir lorsque le car postal grimpe le long de l’étroite route en lacets. Plus tard, les randonneuses et randonneurs en raquettes découvriront le Ri di Vacarisc, dont le gargouillis s’entend même sous une épaisse couche de neige. L’itinéraire de difficulté moyenne suit d’anciens chemins alpestres d’un côté du fossé puis de l’autre. En prenant de l’altitude, la vue se dégage sur le bout austère du Val Lavizzara. En hiver, l’alpe Vacarisc di Fuori, but de la randonnée, semble abandonnée. En été, le fromage typique de la vallée de la Maggia y est fabriqué. Le mélange de 70% de lait de vache et de 30% de lait de chèvre confère au Formaggio Vallemaggia son goût sans pareil.

La randonnée débute à l’arrêt de car postal «Mogno, Colonia Pazzalino». On suit les piquets roses vers l’est, à travers la petite station de ski. Au niveau de l’imposante digue paravalanche, il faut prendre la direction du village. L’église de Mario Botta est visible de loin. Après l’église, le chemin tourne à droite. Une fois les maisons de Mogno dépassées, l’itinéraire suit un chemin d’exploitation, qui grimpe parfois à travers la forêt, parfois à travers des espaces dégagés en direction du nord. Il passe par Vacarisc di Dentro pour atteindre les rustici de Vacarisc di Fuori. Les chalets d’alpage se trouvent plus haut, sur l’itinéraire menant au Lago di Mognòla, très apprécié en été. Le chemin du retour est le même qu’à l’aller. Au niveau de Pir di Sopra, le long du Ri di Vacarisc, il est possible d’emprunter l’itinéraire supérieur en direction de Mogno. Pour acheter l’incomparable Formaggio Vallemaggia en hiver, il faut faire une halte à Prato-Sornico, plus bas. C’est un village digne d’intérêt, avec probablement l’épicerie la plus traditionnelle du Tessin.

Dans les forêts de l’Alto Malcantone N° 2119
Arosio, Paese — Miglieglia, Paese • TI

Dans les forêts de l’Alto Malcantone

Autrefois, on mangeait presque quotidiennement des châtaignes dans le Malcantone pour ne pas souffrir de la faim. Les fruits étaient récoltés dans les châtaigneraies attenantes aux villages. Au fil des siècles, l’exploitation et l’entretien de ces forêts ont donné naissance à un paysage cultivé unique en son genre, que l’on admire déjà lors du trajet sur la route sinueuse qui monte vers Arosio.
Le sentiero del castagno est dédié à la châtaigne. Signalé par une châtaigne sur fond jaune, ce parcours s’effectue sous forme de boucle. Sur le chemin, des panneaux racontent la culture de l’arbre, du fruit et leur utilisation.
Cette randonnée suit le sentier du châtaignier2119_text_Arosio_Miglieglia_korr.docx d’Arosio à Breno, de jolis villages aux ruelles étroites. En hiver, le calme règne en ces lieux. Si l’on veut se restaurer, mieux vaut se renseigner au préalable sur les périodes d’ouverture. À Breno, le parcours quitte le sentier du châtaignier et emprunte la Via Tortoglio vers Miglieglia. Ici, le châtaignier ne règne plus seul en maître. Peu avant Miglieglia, le sentier traverse la route principale. Au lieu de la suivre, il descend dans un ravin et franchit un ruisseau. Une montée pour finir et l’église Santo Stefano al Colle de Miglieglia est déjà en vue.

Nidwald et ses remontées mécaniques N° 2121
Wirzweli • NW

Nidwald et ses remontées mécaniques

En été, l’alpage de Dürrenboden est très animé. Les vaches y paissent, on y fabrique du fromage. En hiver, le lieu disparaît sous une belle couche de neige, mais l’activité se poursuit. Dans deux chalets, des dizaines de bovins mangent jusqu’à la nouvelle année du foin local. Une question d’économie puisque le foin de la vallée doit nourrir les vaches en hiver.
Pour accéder à l’alpage, le plus simple est de passer par la Gummenalp. Après la montée en télécabine jusqu’à Wirzweli, on suit tout droit la route dégagée en hiver vers la station inférieure de la télécabine de la Gummenalp. En haut, on peut faire un petit détour par la croix. Le Titlis et les Walenstöcke sont ici à portée de main. La randonnée passe devant l’auberge de la Gummenalp et descend par la route alpine enneigée jusqu’à l’alpage de Dürrenboden, où l’on verra ou entendra peut-être les vaches.
Un érable montre la voie à suivre. L’itinéraire rejoint la Wiesenbergstrasse, ouverte toute l’année. Le chemin de randonnée hivernale la laisse sur la gauche et descend par des pâturages enneigés jusqu’au domaine de Hinter Huismatt, puis traverse peu après le Steinibach sur la Wirzwelistrasse. À la station inférieure de la Gummenalp, la boucle est bouclée.

Les villages du Jura tabulaire bâlois N° 2118
Anwil, Dorf — Tecknau • BL

Les villages du Jura tabulaire bâlois

Dans ces villages du Jura tabulaire de Bâle-Campagne, autrefois nommés «villages de la passementerie», on tissait à domicile passementeries et rubans de soie. Ces localités se cachent, pour les non-Bâlois, derrière la première chaîne du Jura. La construction du tunnel de base du Hauenstein (1912-1916) entre Olten et Tecknau les a rendus aisément accessibles.
Et le voyage en vaut la peine! L’«Erlebnispfad passepartout», un chemin balisé en vert, mène de village en village. Il part d’Anwil et descend vers les étangs, les Talweiher, par la réserve naturelle homonyme. Il longe ensuite l’Ergolz encore jeune en amont jusqu’à Oltingen, un joli village très vivant. Puis le parcours monte par un chemin creux vers des monocultures agricoles. Au loin, on voit le nuage de vapeur de la centrale nucléaire de Leibstadt. Wenslingen, comme d’autres villages de la région, compte de beaux vergers d’arbres à haute tige. En référence à l’histoire du lieu, les produits à base de fruits à noyau sont vendus sous la marque «Posamenter». Le dernier tronçon de la randonnée, qui descend vers Tecknau, traverse à nouveau une réserve naturelle. Une cascade de vingt mètres de haut et la grotte de Bruderloch clôturent cette randonnée bâloise.

Magie de l’hiver dans le Lötschental N° 2120
Lauchernalp — Wiler (Lötschen), Talstation • VS

Magie de l’hiver dans le Lötschental

La Lauchernalp, au cœur du site du patrimoine mondial de l’Unesco Jungfrau-Aletsch, est connue pour ses pistes bien enneigées et ensoleillées. En hiver, la large route qui descend vers Wiler sert de chemin de randonnée hivernale, de piste de ski et de luge. Elle est toujours ouverte et parfaitement préparée, mais il faut la partager avec les autres utilisateurs. Mieux vaut ne pas arriver à la station inférieure avant 11 heures et ne descendre qu’en début d’après-midi, avant que les skieuses et skieurs ne rejoignent la vallée. Avant cela, une visite à l’une des terrasses de restaurant s’impose dans cette région alpine de haute altitude, dominée par le majestueux Bietschhorn.
La randonnée débute à la station supérieure et longe les maisons de vacances jusqu’au hameau de Fischbiel. Ensuite, l’itinéraire passe surtout par une forêt de mélèzes clairsemée, superbe après les chutes de neige fraîche. Depuis plusieurs clairières, on voit les montagnes et la Lötschenlücke au fond de la vallée.
Ceux qui ont un peu de temps feront un tour dans le village de montagne de Wiler. Des masques sculptés en bois d’arole accrochés aux façades de nombreuses maisons évoquent les Tschäggätä, les personnages effrayants du carnaval du Lötschental.

Loin des pistes de ski à Lenzerheide N° 2117
Parpan, Post • GR

Loin des pistes de ski à Lenzerheide

Lenzerheide, une destination de sports d’hiver très prisée, compte d’innombrables pistes de ski, une zone de biathlon et de ski de fond ainsi qu’un réseau dense de chemins de randonnée hivernale et de parcours de raquettes préparés. À côté, à Parpan, loin de l’agitation, le circuit 207 est idéal pour une randonnée hivernale lorsque les conditions ne sont pas parfaites sur les pistes ou que l’on veut récupérer après d’intenses journées de ski.
La randonnée débute à Parpan et mène à la fromagerie d’alpage par le centre de ski de fond. En été, on peut observer le fromager grâce aux fenêtres panoramiques mais en hiver, le chaudron est au repos. Des panneaux d’information, la fenêtre donnant sur la cave à fromage et le réfrigérateur en libre-service font cependant de la fromagerie d’alpage une halte intéressante. Après une brève montée vers Tschuggen, on parvient à un petit plateau. À la bifurcation d’Innerberg, on traverse parfois la forêt jusqu’à Mittelberg, où le chemin de randonnée hivernale rejoint la piste de ski de fond. Le tronçon suivant offre un bon exemple de coexistence entre plusieurs sports d’hiver et donc de respect mutuel. En suivant le bord de la piste, on retourne au centre de ski de fond et à Parpan.

Quiétude hivernale près du lac de Hallwil N° 2116
Boniswil — Mosen • AG

Quiétude hivernale près du lac de Hallwil

En hiver, tout est calme près du lac de Hallwil. La plupart des restaurants et des hôtels ont fermé leurs portes, les bateaux sont installés dans les locaux du chantier naval. Quant au château d’Hallwyl, il fait lui aussi une pause hivernale. Pas la moindre âme qui vive. Mais le lac, loin d’avoir perdu son charme, se prête à merveille à une randonnée de trois heures.
Celle-ci débute à Boniswil. On traverse le village et on rejoint assez vite le marais de Boniswil, près duquel se trouve le château de Hallwyl. Depuis là, la randonnée remonte la rive droite du lac, en direction du soleil. On voit d’autres marais, puis des vignobles qui bénéficient de la douceur du climat du bord de l’eau... et toujours des cabines de bain. Mais en hiver, elles sont occupées par les mouettes. Les canards, eux, nagent le long de la rive sans être dérangés.
Peu après l’hôtel de bien-être Seerose, le chemin quitte la rive du lac pendant un bon moment. La vue s’élargit alors et s’étend jusqu’aux Alpes. Après Unteraesch, le chemin redescend au bord du lac et traverse l’Altmoos pour rejoindre Mosen et son camping, situé en face de la gare.

Les Franches-Montagnes en hiver N° 2114
Les Breuleux • JU

Les Franches-Montagnes en hiver

Cette randonnée en raquettes traverse des pâturages boisés jurassiens sur de légers dénivelés. Ce paysage cultivé typique des Franches-Montagnes offre une alternance de bosquets et d’herbages, parsemés de sapins solitaires et imposants qui, l’été, donnent de l’ombre aux animaux. Les pâturages boisés sont en général des propriétés collectives où les paysans mènent librement leurs vaches et chevaux en été.
Ces pâturages traversés lors de la randonnée au sud des Breuleux ne pourraient être plus beaux. Pas la moindre ferme ou hameau, mais un vaste et beau paysage hivernal. En chemin, on passe près des éoliennes du Mont-Crosin, que l’on voit et entend de loin. Et voici aussi la petite station de ski du village des Breuleux, avec sa buvette, où l’on peut s’arrêter pour regarder les enfants faire de la luge et skier dans la bonne humeur. Le tout sans bruyants haut-parleurs!
La moitié de la randonnée est derrière soi. La deuxième partie de l’itinéraire de raquettes passe à nouveau par des pâturages boisés. Cette fois, ils sont parsemés de nombreuses dolines, clôturées par des lattes de bois qui évitent aux animaux de se blesser. Après une dernière brève montée, on arrive à l’orée du village des Breuleux.