Des réussites pas à pas

Les panneaux indicateurs jaunes de randonnée font bel et bien partie du paysage suisse. Aujourd'hui, les randonneurs ont à leur disposition tout un réseau de chemins de randonnée complet et signalisé. Cela n'a pas toujours été le cas.

Andreas Staeger

La randonnée a une longue histoire derrière elle, et elle doit ses balbutiements à un grand esprit pionnier. 65 000 kilomètres de chemins de randonnée bien entretenus permettent d'arpenter les plus beaux paysages naturels de Suisse. Cette offre unique au monde fait partie des réussites de Suisse Rando et de ses 26 associations de tourisme pédestre cantonales.

Dès le début du siècle dernier, les pionniers ont commencé à signaliser les chemins pédestres touristiques. Avec l'avènement de l'automobile depuis les années vingt, les piétons se trouvèrent de plus en plus sur la défensive. C'est ce que dut constater Jakob Ess, un professeur de Suisse orientale, alors qu'il effectuait avec sa classe une randonnée à travers le col du Klausen. Le réseau automobile et motocycliste s'étant bien étoffé, le groupe dut marcher dans la poussière et les gaz d'échappement, sans parler de leur mise en danger. Jakob Ess eut donc l'idée de créer des chemins de randonnée bien balisés.

 


Premier pas administratif: les panneaux jaunes avec le texte en noir

Les pionniers Jakob Ess und Otto Binder

Jakob Ess a identifié les premiers signes d'un mouvement suisse pour la randonnée et a tenté de les rassembler en un nouveau courant. Sa demande a suscité l'enthousiasme du secrétaire de l'époque de la fondation Pro Juventute et des Auberges de Jeunesse Suisses, Otto Binder. La Fédération suisse de tourisme pédestre vu le jour le 15 décembre 1934 à Zurich. Le jour même de la fondation, on se mit d'accord pour un indicateur unifié pour toute la Suisse. Pourtant, la jeune organisation s'engagea dès le début dans le sens de l'idéal suisse du fédéralisme: en effet, la signalisation des chemins pédestres n'incombait pas à l'association faîtière centrale mais à chacune des sections de tourisme pédestre au niveau cantonal. On s'attela avec ardeur à la nouvelle tâche et, peu à peu, dans différents cantons, des associations qui veillent à la planification d'itinéraires adaptés et à leur signalisation virent le jour.

Les torts de la signalisation

En balisant un chemin de randonnée de montagne.

La Seconde Guerre mondiale a également causé la fin soudaine de cet élan, du moins pour un temps. La signalisation des chemins de randonnée offrant également des indications utiles à un ennemi redoutable, le commando de l'Armée suisse ordonna de faire retirer tous les panneaux indicateurs. Les besoins en termes de randonnée étaient clairement reconnus et les chemins existaient de toute façon. Il s'agissait donc de trouver d'autres moyens de guider les randonneurs sur les chemins. Cette fois, le pionnier venait du canton de Berne: les premières randonnées y ont été menées en 1941, sous l'égide d'un guide de randonnée avisé. L'idée a vite conquis d'autres cantons.

Après avoir rendu compte des pionniers du mouvement de la randonnée en Suisse et de la naissance des randonnées guidées pendant la Seconde Guerre mondiale, nous nous intéressons de plus près à l'évolution qui a eu lieu depuis les années 1970 jusqu'à maintenant.

Sigmund Widmer, président de la ville de Zurich et conseiller national, marchait en compagnie d'un ami journaliste de Zurich à Berne, et remarquait en route que ce n'était pas très drôle : les chemins balisés comme «chemins» de randonnée étaient goudronnés sur de longues distances, rendant la marche monotone et désagréable. Politicien, il parvint à la conclusion que le problème devait être réglé en légiférant. C'est de là qu'a pris forme l'idée de lancer une initiative constitutionnelle pour protéger les chemins de randonnée. L'initiative populaire pour le «développement des chemins et sentiers» a été déposée en 1974.

Loi fédérale pour les chemins et sentiers pédestres

Les chemins pour piétons et les chemins de randonnée pédestre sont protégés

L'initiative populaire ne trouva pas grâce auprès du Conseil fédéral. Elle était vraisemblablement formulée de manière trop radicale. Un contre-projet s'imposa au Parlement et le projet fut nettement accepté lors de la votation du 18 février 1979. Depuis, la thématique des «chemins pédestres» est réglementée au niveau constitutionnel en Suisse, ce qui constitue une curiosité d'un point de vue politique au niveau mondial, mais une chance pour le mouvement en faveur des chemins de randonnée. Sur la base de l'article constitutionnel, la La Loi fédérale sur les chemins pour piétons et les chemins de randonnée pédestrea été élaborée en 1985 et est entrée en vigueur le 1.1.1987. Depuis, les chemins et sentiers pédestres en Suisse ne peuvent plus être goudronnés ou bétonnés arbitrairement.

Saut dans le réseau

L'héritage des pionniers.

En 1982, le premier numéro de la «Revue sentiers» de la Fédération Suisse de Tourisme Pédestre (aujourd'hui: «RANDONNER.CH») est publié. Une année plus tard, l'association publiait sa toute première carte d'excursion en collaboration avec l'Office fédéral de la topographie (aujourd'hui: swisstopo). Au début des années 2000, la Fédération Suisse de Tourisme Pédestre a connu une profonde crise financière et structurelle. Un bilan complet de la situation, suivi de l'élaboration d'un plan directeur et de la réalisation de campagnes de collectes de fonds ciblées ont permis d'opérer le tournant. L'Association faîtière du mouvement suisse pour des chemins de randonnée se présente aujourd'hui comme ayant une constitution solide et est considérée et appréciée en tant que partenaire de service compétent. Entre-temps, ce sont 20 collaboratrices et collaborateurs qui sont actifs au secrétariat de la Fédération, à Berne. L'Association faîtière n'est pas la seule à avoir changé au fil des années. Le concept central est toutefois resté le même, et d'innombrables personnes en profitent aujourd'hui aussi. Les fondateurs de la Fédération Suisse de Tourisme Pédestre ont donné des impulsions durables et précieuses au tourisme et à la promotion de la santé en Suisse grâce à leur idée d'aménager des chemins de randonnée et de les signaliser de manière uniforme.

www.magazine-randonner.ch